Vous avez déjà remarqué...

Publié le par Julie M.

Vous avez déjà remarqué...

Vous avez déjà remarqué qu’à chaque personne nous pouvons associer un animal ?

Vous avez déjà remarqué que cette association peut se faire de façon très nette sur notre lieu de travail ?

On peut trouver le roi de la jungle. Le lion.
Il aime se pavaner, montrer sa force. Il ouvre sa gueule, pour montrer ses crocs, pour se faire entendre, mais aussi pour défendre son bifteck.

On peut trouver le serpent.
Il aime siffler. Il aime penser qu’il peut défier le lion. Il aime tourner autour de sa proie, tenter de l’hypnotiser pour mieux l’étouffer. Il aimerait engloutir tout ce qui l’entoure, et est prêt à distribuer son venin à tout moment.

On peut trouver la gazelle.
Elle aime sentir les regards sur elle. Se sentir convoitée. Sentir que les autres habitants de la jungle veulent planter leurs crocs dans sa délicate nuque. Mais si le lion approche de trop près, elle nie toute provocation et part en courant.

On peut trouver le singe.
Il aime amuser la galerie tout en étant considéré comme le grand sage. Il aime être en groupe, et se sent fort entouré de toute sa troupe. Il apparaît comme aimant partager et offrir ses services, mais se plait à faire ses coups en douce.

On peut trouver le crocodile.
Il rampe, passe inaperçu si l’on ne fait pas attention. Certains veulent sa mise à mort car sa peau est recherchée. Il s’adapte à son milieu naturel, vit aussi bien sur terre que sous l’eau. Il attaque que si l’on empiète sur son territoire.

On peut trouver l’insecte.
Le parasite. Il est là, toujours. Un bourdonnement incessant. Certains voudraient l’écraser. D’autres le trouvent nécessaire et indispensable à la chaîne alimentaire.

On peut trouver le paresseux. Accroché en haut de son arbre, il est en observation continuelle. Il laisse passer la vie, paisiblement, et se déplace avec lenteur.

Et puis, il y a moi. Il y a toi. Il y a tout ceux qui regardent ce spectacle avec, parfois amusement, parfois agacement.

Le lion sera toujours là. Il suffit de le laisser rugir.
Le serpent tentera toujours ses tours mesquins. Il suffit de le laisser se débattre tout seul.
La gazelle aimera toujours parader. Il suffit de la laisser comme seule et unique spectatrice.
Ces trois là sont à ignorer.

Le singe, le crocodile, l’insecte et le paresseux sont à apprivoiser.

A chacun d’associer chaque animal à qui il veut.
A chacun de prendre ce texte dans le degré qu’il veut.

Vous avez déjà remarqué que…
Les animaux de la ferme de Georges Orwell sont devenus plus sauvages !

« Tous les animaux sont égaux, mais certains le sont plus que d'autres »*

* La ferme des animaux de Georges Orwell

Commenter cet article

Mic 21/08/2013 10:38

Excellent article, je ne pense pas que je regarderai mes collègues de la même façon désormais :)

k-ret 20/08/2013 23:11

Pauvre serpent incompris ^^ Georges Orwell est un brave amateur éthologue :-)